Biographie : Les Trois sopranos

Caroline Bleau

Voix élégante au grand registre et actrice vivant les personnages qu’elle incarne jusqu’au bout des ongles, la soprano Caroline Bleau se fait remarquer tant par l’intensité de sa présence scénique que par sa voix au timbre chaud et brillant. Elle fut nommée Jeune Ambassadrice lyrique par le Théâtre Lyrichorégra20 et fut choisie pour représenter le Canada au Concours International de Marmande en France. Elle fut membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal de 2007 à 2010 où elle y interpréta les rôles de Fiordiligi (Cosi fan tutte), Susanna (Il segreto di Susanna) et Émilie Hudon (Nelligan). À l’Opéra de Montréal elle fut la doublure de Nedda (I Pagliacci), de Tosca (Tosca) et elle interpréta le rôle de Noémie dans Cendrillon de Massenet. Elle fit un retour triomphant l’année suivante  en y interprétant le rôle de Magda Sorel dans l’opéra The Consul. Elle fut l’une des trois artistes invitées à participer à la création du défilé Mode Opéra qui a eu lieu à Montréal, à Los Angeles et à New York en 2011. Elle fut l’interprète du  rôle de Carmen (Carmen) dans la tournée automnale des Jeunesses Musicales du Canad et elle fit ses débuts en Europe dans le rôle de Musetta (La Bohème) à l’Opéra de Tours en avril 2012. En janvier 2013, elle éblouit le public montréalais par sa performance du rôle de Rosalinde (Die Fledermaus) aux côtés de Marc Hervieux à l’Opéra de Montréal.  Durant la saison 2013-2014, elle interpréta son premier Requiem de Verdi en septembre et son premier Requiem de Duruflé en novembre à Montréal. Au mois de décembre, elle s’envola pour le Grand Théâtre de Genève à moins d’une semaine de la première pour remplacer à pied levé le rôle de Rosalinde dans Die Fledermaus. Elle fut redemandée pour interpréter le Requiem de Verdi lors du grand concert du Vendredi Saint à l’Église Saint-Jean-Baptiste de Montréal en avril 2014. Au mois d’août, elle interpréta sa première Cio-Cio San (Madame Butterfly) et fut acclamée par la critique qui a dit : « Elle donne au rôle-titre une impressionnante dimension vocale et dramatique…la voix reste toujours richement timbrée et le jeu est émouvant et soutenu » (Claude Gingras, La Presse). Durant la  saison 2014-2015, on a pe l’entendre entre autre dans l’Enfance du Christ de Berlioz, le Gala de l’Opéra de Montréal, la Petite Messe Solennelle de Rossini en plus de récitals comprenant du R. Strauss, F. Poulenc, R. Hahn, H. Duparc un peu partout au Québec. Parmi ses projets futurs figurent les rôles de Violetta (La Traviata), de Tosca (Tosca) et de Tatyana (Eugene Oneguin) ainsi que le Requiem de Verdi.

Raphaëlle Paquette

Artiste flamboyante et audacieuse, Raphaëlle possède une solide formation en chant classique, en piano et en danse.  Elle brûle les planches par l’interprétation étourdissante des héroïnes du répertoire lyrique notamment dans le rôle de Marie dans « La fille du régiment »,  d’Olympia dans les

« Contes d’Hofmann », de Rosina dans « Il Barbiere di Siviglia », de Violetta dans « La Traviata », d’Armida de Rossini, de Marguerite de Valois dans « Les Huguenots », de Oscar dans « Un ballo in maschera », de Nella dans « Gianni Schicchi » et d’Adele dans « Die Fledermaus » à travers le Canada.

En 2015 elle présente dans plusieurs salles du Québec, son spectacle « R » accompagné par son complice Jérémie Pelletier, qui reçoit une critique dithyrambique !  Cette même année elle crée le duo Cheek 2 Cheek en compagnie du guitariste Francis Tétu, qui séduit par son originalité et sa virtuosité.

De 2004 à 2010, Raphaëlle incarne le rôle de Cristal dans le succès phénoménal Starmania Opera de Plamondon – Berger au Québec, en Europe et en Asie.

De plus Raphaëlle se produit souvent en concert notamment dans les Chants d’Auvergne sous la direction de Yannick Nézet Séguin, le Requiem de Fauré, la Messe du Couronnement et l’Exultate Jubilate de Mozart, le Messie de Handel, le Gloria de Vivaldi, le Carmina Burana de C. Orff, Les sept paroles du Christ de T. Dubois, le Roi David d’A. Honegger, le Ecce cor meum de Paul McCartney, l’Oratorio de Noël de St-Saëns et plusieurs concerts d’opéra, de musique viennoise et Broadway avec l’Orchestre Symphonique de Sherbrooke, l’Orchestre Symphonique de Longueuil, la Sinfonia de Lanaudière et son chef Maestro Laforest, ainsi que sous la baguette de Maestro Lavigueur et plusieurs choeurs québécois.

Elle est gagnante du Concours de musiques françaises du Canada, du Concours National des Jeunesses Musicales du Canada, du Concours des Jeunes Ambassadeurs lyriques et du premier prix canadien au prestigieux Concours International de chant Altamura/Caruso (2011) et boursière de la Fondation Jacqueline Desmarais et de la Fondation des Jeunesses Musicales du Canada.

Chantal Dionne

Lauréate au Concours Musical International de Montréal, le soprano canadien Chantal Dionne a

également remporté un triple triomphe en Italie au 56e Concours International Gian Battista Viotti : 1er Prix, Prix du Public et Prix pour le meilleur candidat étranger. Son premier disque-récital, « Romances » avec la pianiste Louise-Andrée Baril est un succès international. «Chantal Dionne, soprano lyrique au timbre velouté, aux aigus impeccables, à la ligne de chant jamais heurtée, doublée de pianissimo élégiaque, fait merveille dans ce répertoire. (Rachmaninoff – Liszt, de son disque Romances) » B.N., Codaex, Médan, France. Que ce soit en récital ou en concert, la soprano a un vaste répertoire lyrique qui varie de l’opéra à la mélodie en passant par l’oratorio. Récemment, nous avons pu entendre Chantal Dionne en tant que soliste invitée lors de trois concerts symphoniques dans le cadre de la première édition du Festival Triliarts en Ontario.

Nous avons également pu l’entendre comme soliste dans le Requiem de Mozart au Saguenay sous la direction de Jean-Philippe Tremblay ainsi que dans le solo pour soprano dans la Messe Solennelle de Beethoven avec l’Orchestre Philarmonique de Montréal ; la critique parle de sa prestation comme ayant été remarquable : « Du Kyrie à l’Agnus Dei, la soprano québécoise a démontré une agilité et une sensibilité vocale remarquables et a su animer les multiples ensembles avec l’Orchestre. » À l’étranger, la soprano acadienne récolte tout autant de succès. Récemment, elle s’est produite avec l’Orchestre Symphonique de Douai en France dans une série de concerts lyriques sous la direction de M. Guy Condette ainsi qu’à Paris, dans le solo pour soprano de la Symphonie no.9 de Beethoven, pour l’Association Artistique des Concerts Colonne.

À l’opéra, Mme Dionne a obtenu des éloges pour ses performances dans les rôles de Micaëla dans Carmen de Bizet, de Véronique dans Véronique de Messsager ainsi celui de Pamina dans Die Zauberflöte de Mozart au Volksoper de Vienne. Au Québec, l’avons entendu à l’Opéra de Québec dans le rôle de Françoise dans la dernière version lyrique de la comédie musicale Nelligan d’André Gagnon. Elle s’est produite avec des orchestres tels que : l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Métropolitain, l’Orchestre de Trois-Rivières, l’Orchestre de Sherbrooke, le Mc Gill Chamber Orchestra, l’Orchestre Symphonique du Nouveau-Brunswick, l’Orquesta del Nuevo Mundo (Mexico City), l’Orchestre Symphonique de Moscou ainsi que l’Orchestra del Teatro Regio de Turin.

 À Montréal, nous pourrons entendre Chantal Dionne au printemps 2016 dans le Requiem de Brahms avec l’Orchestre Philarmonique de Montréal et le Choeur de l’UQAM sous la direction de Pascal Côté et comme la 4 ième Servante dans ‘Elektra’ avec l’Opéra de Montréal.

Stéphane Laforest, chef d’orchestre

Récipiendaire de la médaille de l’Assemblée nationale (2015) pour sa carrière prolifique et l’engagement soutenu auprès du monde musical et des arts de la scène, du Heinz Unger Conducting Award (2000), du Prix Opus catégorie jeune public (2000), de Grands Prix Desjardins de la Culture de Lanaudière (1999, 2010 et 2015), d’un premier prix du Conservatoire de musique du Québec en direction d’orchestre (prix décerné qu’à deux reprises dans l’histoire des conservatoires de musique du Québec) et récipiendaire de 1999 à 2002 de  la bourse du Conseil des arts du Canada à titre d’assistant-chef de l’Orchestre symphonique de Québec sous la direction de Yoav Talmi, Stéphane Laforest est présentement directeur artistique et chef d’orchestre de l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (depuis 1998) et directeur artistique et chef d’orchestre fondateur de la Sinfonia de Lanaudière.